Le vélo quotidien me rend plus prudent au volant
background

Le vélo quotidien me rend plus prudent au volant

24 Mars 2019

Préambule: Oui il m’arrive d’être au volant d’une voiture. Je tente de le limiter le plus possible mais parfois c’est nécessaire ou difficilement évitable.

Voila 2 ans et demi que je suis à vélo quotidiennement. Avec 3300 kms par an je passe pas mal de temps à 20 km/h et suis désormais habitué au défilement du paysage à cette vitesse et je pense qu’est la le point de départ.

Eloge de la lenteur “relative”

Dans les environnements urbains, les déplacements à vélo sont très rapides. Tenir une moyenne de 15 à 20 km/h en ville est une prouesse que peu de “conducteurs” peuvent vanter. Dans l’univers des bouchons et des longues files, les vélos tiennent la dragée haute. 20km/h dans un bouchon c’est très très rapide. En revanche, 20 km/h en rase campagne est pénible pour beaucoup et très très lent.

Cela dit, je crois que la personne que je suis aujourd’hui est bien plus habitué au défilement “lent” du paysage par ma pratique du vélo quotidien.

Donc, je pense qu’en habituant l’oeil et le cerveau à plus de lenteur de défilement cela rejaït une fois au volant d’une voiture. Je crois aussi que cela permet d’envisager un peu plus les itinéraires alternatifs évitant les autoroutes afin de profiter plus du paysage et des sites touristiques.

Un peu à la manière des cyclistes urbains qui “naviguent” à vue le nez en l’air pour profiter des beautés de la ville, le conducteur automobile que je suis devenu cherche à profiter du déplacement pour profiter un peu plus de ce que le trajet peut apporter.

Lorsqu’en ville, faire fausse route est une aubaine pour découvrir de nouveaux quartiers et partir à l’aventure, le trajet d’un week-end en voiture peut devenir une aventure dès le premier kilomètre. La France est une aubaine pour rouler le “nez en l’air” et profiter des richesses de notre patrimoine.

La France est belle profitons en

Photo de @alextalmon

Plus conscient des dangers

L’autre point très fort de la pratique du vélo urbain et quotidien est la prise de conscience des dangers de la route. Cette prise de conscience me rend plus attentif sur la route. Je respecte bien plus les limitations car la vitesse est vraiment le facteur numéro un. Je profite plus du voyage. Ne pensez pas que je ne suis pas pressé d’arriver et pas stressé, mais je réalise bien mieux qu’aucun temps vraiment significatif n’est à gagner en accélérant.

AU moment d’accélerer bêtement, je me remémore les fois ou je rattrappe, à vélo, des voitures et des deux roues motorisées qui accelérent forts et roulent n’importe comment.

Ma conduite est plus souple, plus sûr pour moi et les autres. Les trajets sont moins stressants et je consomme moins. Cela n’a vraiment que du bon.

Et vous qui roulez beaucoup à vélo, cela a-t-il eu des conséquences sur votre conduite automobile ?


Crédit photo de couverture : @arstyy
Image

Tout n'est pas encore prêt, mais nous y travaillons

J'ai lu et valide les CGU
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour faciliter votre visite, avoir la possibilité de partager des contenus sur les réseaux sociaux et nous permettre d'évaluer l'audience du site. En savoir plus  Fermer